Sélectionner une page

La machine et la connaissance

La machine dispose d’une forme différente de connaissance, une connaissance qui ne nécessite pas encore d’intelligence. Lorsqu’on entre une requête dans un moteur de recherche, notamment sur Google, la recherche est conservée sous la forme de statistiques dans une base de données, c’est déjà en soit une forme de connaissance. Et ne parlons pas des nombreuses BDD qui récoltent chaque seconde des milliers de données issues de formulaires, de transactions, d’échanges divers, en somme une partie importante du flux internet mondial. La machine peut interpréter et « réfléchir » dans une certaine mesure grâce aux algorithmes toujours plus nombreux et perfectionnés, mais ne fait pas encore preuve d’intelligence. Le jour où la machine dépassera en complexité le cerveau humain, engendrant la « singularité », quand l’intelligence de la machine sera, elle sera aussi très éloignée de la nôtre. C’est la connaissance aveugle, la connaissance collective et mondiale d’un rhizome, un réseau de réseaux, assez semblable au cerveau humain avec ses neurones, ses synapses, ses récepteurs etc.

On peut rapprocher le Web avec le monde, un macrocosme dans lequel évolue des avatars (microcosmes), le tout baignant et lié dans un éther informationnel. L’éther dans lequel on se sert pour créer et générer du sens, du sens compréhensible pour notre entendement.

Au même titre qu’un avatar sur le Web, donnant du sens au « chaos » qui l’entoure, nous donnons du sens au monde, un sens qui restera hors de porter de la machine. La machine elle, donne un sens à l’éther informationnel dans lequel il baigne, un sens en-dehors de notre entendement. Le Web possèdera-t-il un jour, une sorte de conscience collective de son existence, de sa nature ? Une conscience de l’univers qui l’entoure ? Qu’en est-il pour la machine ? Lorsque intelligence et conscience il y aura, elle sera probablement très éloignée de l’humain. Le sens que nous donnons à l’univers sera certainement insensé pour la machine et vise et versa.