Sélectionner une page

Frontières poreuses

Ce que je trouve intéressant dans tout ce bouleversement, c’est cette porosité toujours croissante entre les mondes à mesure que les technologies de l’information évoluent ; elles sont des pores qui percent et déchirent la peau séparant monde réel et virtuel. Nous sommes sans doute amenés à vivre de plus en plus entre le monde des machines et le monde des humains, baignés dans une sorte de matrice floue, à la fois réelle et virtuelle.

Si je prends pour exemples les drones, qui sont relativement récents dans l’espace public, on remarque rapidement qu’ils réduisent la distance entre ciel et terre, encore une fois nous avons deux mondes qui se télescopent, à l’instar du réel et du virtuel. Une nouvelle forme de guerre moderne, des conflits meurtriers menés à travers une représentation digitalisée du monde, dans lequel le guerrier devient simple opérateur devant un écran et un joystick.

Tout comme la télévision et plus récemment internet, qui annihilent les distances et distordent le temps, le dilatent et le contractent, ouvrent des fenêtres sur des représentations du monde, informationnelles.