Sélectionner une page

Observé, écouté, stocké et analysé

Ce samedi 3 octobre 2015 on enfonce un énième clou, la Loi Renseignement entre en vigueur, donnant une légitimité légale et toute l’amplitude pour déployer dispositifs de géolocalisation, caméras, micros, IMSI catchers, « cheval de Troie », spywares, collectes de données et boites noires. Des algorithmes sur des machines puissantes vont pouvoir travailler à plein régime dans un cadre légal volontairement flou et ambigüe.

La Loi Renseignement est l’énième protocole d’un océan de systèmes semblables conçus par le secteur privé et vendus aux gouvernements du monde entier, sans distinction ou presque. Les récents attentats ont plongés dans la stupeur dirigeants et populations, et offerts les clés de leur consentement.
C’est dans un contexte largement délétère que ce lierre veine et infiltre en tâche de fond chaque strates de nos sociétés. Ce qui semble être en apparence une guerre pour le contrôle de l’information est en réalité plus complexe et plus grave. La fin du 20e et le début du 21e siècle sont marqués par l’avènement d’une révolution semblable à l’invention de l’imprimerie, et c’est une civilisation aux identités dupliqués sur des milliers de serveurs que le pouvoir pose un œil « bienveillant » et « protecteur ».